• You are here:
  • Home »
  • Articles »

Comment faire un benchmark : se comparer avec la concurrence pour booster son trafic organique !

À la recherche d’une méthode avérée pour augmenter votre visibilité en ligne ? Nous avons peut-être ce qu’il vous faut ! Dans cet article, découvrez comment faire un benchmark pour identifier rapidement les points de votre stratégie SEO à améliorer !

Comment faire un benchmark : utilisez les bons outils !

Pour faire un benchmark, vous avez besoin de données fiables, concrètes et pertinentes qui vous permettront de comparer votre stratégie. Et pour récolter ses fameuses données, et bien il vous faut un outil approprié ! Dans le cas présent, c’est d’un logiciel de référencement dont vous avez besoin.

Et si vous n’avez toujours pas d’outil pour optimiser votre site web, il est grand temps d’en choisir un ! Si-après, les préférés des webmasters et des agences SEO.

#1. SEMrush : pour du benchmark, et bien plus !

Comme nous le disions à l’instant, pour faire un bon benchmark, il vous faut un outil webmarketing complet. Et dans ce domaine, il n’y a pas mieux que SEMrush. Il est fort possible que vous ayez déjà entendu parler de lui, les spécialistes considèrent que c’est le meilleur logiciel de référencement, toutes catégories confondues.

Outil benchmarking

Bien entendu, nous lui avons accordé un article complet, alors n’hésitez pas à consulter notre avis détaillé sur SEMrush si vous souhaitez avoir un aperçu de l’ensemble de ses fonctionnalités. Quoi qu’il en soit, voici quelques-unes des données que vous pourrez comparer dans le cadre de votre benchmark si vous choisissez SEMrush :

  • Audience : temps passé sur la page, taux de rebond, répartition géographique, etc.
  • Trafic : volume, mots-clés organiques/payants.
  • Popularité : analyse des backlinks.
  • Contenu : thématique, produits et services proposés.
  • Publicité : budget, cibles, etc.

Pour compléter le tableau, SEMrush propose un outil de suivi benchmark qui vous permettra de suivre l’évolution de votre concurrent en temps réel. Bref, comme nous le disions, avec SEMrush vous aurez tout ce qu’il faut pour comparer vos résultats avec ceux de vos concurrents.

Et si vous souhaitez en avoir le coeur net avant de souscrire un abonnement, sachez que vous pouvez essayer gratuitement SEMrush. Alors, ne vous en privez pas !

#2. La suite d’outils SEO Mangools.

Si SEMrush rempli à merveille son rôle à l’heure de réaliser un benchmark, la complexité de son interface risque de rebuter les néophytes. Par ailleurs, le prix de SEMrush frôle tout de même la centaine de dollar, et n’est donc pas forcément du goût de tous les budgets !

C’est pour cela que nous vous présentons la suite d’outils SEO Mangools, laquelle est beaucoup plus accessible, en terme de simplicité d’utilisation, mais également en terme de tarifs puisque l’abonnement ne dépasse pas 30 euros/mois. Et ce n’est pas parce qu’il est moins cher qu’il est moins complet ! En effet, Mangools c’est 5 outils en 1 !

Comment faire un benchmark

Nous avons eu l’occasion de vous parler en détail de KWFinder, qui est un excellent générateur de mots-clés. Mais les termes et les expressions qui rapportent du trafic à vos concurrents ne sont pas les seules données que vous pourrez exploiter pour votre benchmark. Comme nous le disons, Mangools proposent 5 fonctionnalités :

  1. KWFinder : l’outil qui vous permettra de comparer votre thématique et votre contenu avec vos concurrents.
  2. SERPChecker : qui, comme son nom l’indique, vous aidera à identifier vos concurrents.
  3. SERPWatcher : pour suivre les domaines leader.
  4. LinkMiner : un outil très utile pour l’analyse de backlinks !
  5. Et enfin, avec SiteProfile vous pourrez analyser de près la stratégie SEO de vos concurrents.

Bonne nouvelle, si nous avons piqué votre curiosité, sachez que vous pourrez l’assouvir sans débourser un seul centime, et même sans avoir à renseigner vos coordonnées bancaires ! En effet, Mangools vous propose de tester gratuitement ses outils !

#3. Yooda Insight.

Troisième outil au sujet duquel on vous conseil de vous renseigner : Yooda Insight, le logiciel de référencement 100% français. Tout comme Mangools, il présente l’avantage de la simplicité d’usage, tout en fournissant bon nombre d’indicateurs pertinents. Si vous souhaitez en savoir plus à son sujet, n’hésitez pas à consulter notre avis détaillé concernant Yooda Insight.

Le meilleur outil pour faire un benchmark

L’outil Yooda Insght s’organise en trois fonctionnalités complémentaires, toutes utiles à l’heure de réaliser un benchmark :

  1. “Market Explorer” vous permet d’analyser la demande et de savoir ce que recherchent les internautes. C’est très pratique pour dénicher des mots-clés à fort potentiel, et ça l’est également pour connaître ceux qui rapportent du trafic à vos concurrents !
  2. “Leaders” qui, comme vous l’aurez compris, vous permet de cibler rapidement vos concurrents.
  3. “Site Performance”, la fonctionnalité qui vous aidera le plus pour votre benchmark puisqu’elle vous permet de comparer plusieurs données et plusieurs domaines.

Le tout est organisé au moyen d’une interface extrêmement intuitive et pratique à utiliser. Même les moins avertis ne trouveront pas le moyen de s’y perdre ! Pour autant, ceux qui aiment faire tout un tas de corrélations ne se sentiront aucunement bridés, les indicateurs et les données ne manquent pas !

Et pour ne rien gâcher, Yooda Insght est un freemium. Ce qui signifie que vous pouvez profiter gratuitement d’une partie des fonctionnalités du logiciel. Voici donc un excellent moyen de vous familiariser avec l’outil !

Comment faire un benchmark en 5 étapes.

#1. Le pourquoi du comment : définissez votre objectif !

En réalité, la première étape pour faire un benchmark est de trouver le bon outil ! Lisez plusieurs avis, profitez des essais gratuits et optez pour celui qui correspond le mieux à vos attentes. Ceci dit, même avec le meilleur outil de référencement en main, la question de savoir comment faire un benchmark reste entière !

Avant de penser “comment ?” pensez d’abord “pourquoi ?”. Ne vous limitez pas à la définition du benchmark, n’essayez pas de coller à 100% à ce que disent de faire les marketeurs ! Chaque projet est un monde à part entière et c’est à vous de déterminer comment vous y prendre pour le faire évoluer.

En somme, le benchmark n’est ni plus ni moins qu’une analyse comparative ! Il n’y a absolument aucun mystère … Si et seulement si vous savez pourquoi vous souhaitez faire un benchmark ! Avez-vous reçu de mauvais commentaires au sujet de votre service client ? Avez-vous beaucoup de trafic mais peu de ventes ? Avez-vous peu de trafic, malgré vos efforts pour optimiser le contenu ?

En quelques mots : déterminez précisément votre problématique.

#2. Choisissez vos critères de comparaison.

Maintenant que vous savez quels sont vos objectifs en terme d’évolution, il est temps de passer à l’étape suivante : sélectionner les critères selon lesquels vous allez comparer votre façon de faire à celle des autres acteurs du marché.

Les étapes du benchmarking

Bien que l’on soit tenté de passer outre, il faut faire attention car il y a ici deux pièges. Soit vous ne considérez pas votre problématique dans son ensemble, et à ce moment-là, vos critères de comparaison sont pauvres et l’impact du benchmark sera limité. Soit, au contraire, vous partez dans tous les sens et vous risquez de faire un benchmark incohérent.

Une excellente technique pour se focaliser sur une problématique tout en considérant l’ensemble de ses facettes est l’élaboration d’une “mind map” ou “carte heuristique”. Si vous ne connaissez pas encore ce merveilleux outil, renseignez-vous car il est utile à biens des égards.

Quoi qu’il en soit, prenez le temps de choisir des critères de comparaison pertinents et, n’hésitez pas à demander l’avis des autres acteurs du projet.

#3. Identifiez vos concurrents, mais pas que !

Comme nous le disions, faire un benchmarking consiste, grosso modo, à se comparer avec les autres. Mais, encore une fois il faut faire attention à ne pas tomber dans le piège : un benchmark est une veille concurrentielle, mais pas que ! Eh oui, ici l’idée est d’aller au-delà de ce que font vos concurrents. Après l’étape du “mind map”, voici donc l’étape du “open-mind” 🙂

Alors bien sûr, votre benchmark va se baser en grande partie sur l’étude de vos homologues directs, ceux qui proposent exactement le même service ou le même produit que vous. Vous pourrez ici vous mettre à niveau. Mais l’objectif d’un benchmark, ce n’est pas de se caler sur ce que fait la concurrence. L’objectif d’un benchmark, c’est de faire mieux que la concurrence !

Une fois que vous aurez identifié les aspects qui font que votre concurrent réussit mieux que vous, il est temps d’aller à la pêche aux bonne idées. Pour cela, munissez-vous de votre carte heuristique, et pour chaque critères de comparaison, définissez-en le spécialiste, tous secteurs confondus.

Par exemple : vous vendez des instruments de musique et votre service client laisse à désirer. Vous cherchez qu’elles sont les entreprises dont le service client a une excellente réputation auprès des consommateurs, quelles sont celles qui ont été élu “service client de l’année”, etc. Il se trouve que l’entreprise en question est une banque. Cela n’a rien à voir avec votre activité, et cela n’a aucun importance. Inspirez-vous et adaptez les actions mises en place à votre projet, à votre business.

#4. Collectez les informations.

Cette étape est sans doute la plus chronophage de toutes et c’est pour cette raison que nous vous recommandons de choisir des outils adaptés et performants ! Les logiciels de référencement que nous vous avons présenté vous aideront pour tout ce qui est optimisation de contenu, campagne publicitaire, stratégie de backlinks, etc.

Comparaison marketing

#5. Suivez l’évolution de vos résultats !

Vous savez à présent comment faire un benchmark, mais n’oubliez pas qu’il s’agit d’un processus continu ! Actualisez vos données régulièrement, évaluez vos résultats, remettez-vous en question et gardez un oeil sur les nouvelles tendances !

About the Author Marie

Leave a Comment: